MÍSIA, la plus grande interprète du Fado contemporain

0

Après la sortie, en France, en novembre dernier, de son double album PARA AMÁLIA acclamé par la critique et Coup de Cœur de l’Académie Charles Cros dans la catégorie « Mémoire Vivante » MÍSIA revient à Paris pour un concert à La Cigale, le vendredi 28 octobre 2016 à 20h

Mísia sera accompagnée par le Maestro Fabrizio Romano, piano – Bernardo Couto, guitare portugaise – André Ramos, viole de Fado – Daniel Pinto (Didi), basse acoustique

Mísia avait déjà chanté les thèmes du répertoire amalien de manière ponctuelle. Mais cette fois et après une carrière de construction d’un répertoire et de sonorités qui lui sont propres, en complicité avec les plus grands écrivains, poètes et musiciens portugais, elle conçoit ce double album comme un cadeau pour Amália Rodrigues.
Comme l’album le concert sera présenté en deux versions : une plus intime, piano et voix, principalement constitué du répertoire amalien avec des musiques composées par Alain Oulman, Carlos Gonçalves et Fontes Rocha, mais aussi avec des chansons originales créées spécialement Pour Amália et une autre complète, bercée par une ambiance musicale plus traditionnelle, où l’on retrouve les guitares du fado, un thème folklorique et des fados très populaires.
misia_02_cb-aragao
BIOGRAPHIE

Mísia dessine des larmes dans toutes les langues. Mísia est née à Porto et fait partie de la troisième génération d’une famille d’artistes. Originaires de Barcelone, sa mère était une danseuse de musique classique espagnole et sa grand-mère, une artiste de music-hall et de burlesque. Elle vit à Porto jusqu’à la fin de l’adolescence, période durant laquelle elle chante, comme amateur, dans les maisons de fado. À l’âge de 20 ans, pour des raisons familiales, elle s’installe à Barcelone. En 1991 après avoir travaillé dans la chanson, la danse, le music-hall, la télévision… elle décide de retourner vivre au Portugal, à Lisbonne, pour construire son propre répertoire dans l’univers du Fado. José Saramago, prix Nobel de Littérature en 1998, a écrit pour elle, Patrice Leconte a réalisé l’un de ses vidéo-clips. John Turturro l’a choisie pour son film “Passione”. William Christie l’a programmée à la Cité de la Musique à Paris. Pendant des années elle se forge une carrière internationale sur les scènes les plus prestigieuses : le Philharmoniker de Berlin, le Festival d’Avignon, le Teatro National de São Carlos à Lisbonne, le Théâtre du Châtelet et le Théâtre des Bouffes du Nord à Paris, Town Hall à New York, le Cocoon Theater à Tokyo, etc… Son travail est salué par la presse mondiale : Billboard, New York Times, Libération, Die Zeit, etc… Mísia, est la chanteuse portugaise actuelle qui dans sa langue maternelle, mais aussi dans d’autres langues, suscite à chaque concert un vrai culte pour la célébration des sentiments intemporels et universels qu’est le Fado. Sa carrière dans le fado débute en 1991, à un moment peu propice, période où le fado évoquait la présence de la grande Amália Rodrigues, qui a ouvert les portes du monde à ce genre musical quand personne encore ne parlait de “world music”. Sans public pour son style, très personnel et contemporain, Mísia a dû tracer son propre chemin dans ce genre qui, à quelques exceptions près, n’avait pas le prestige culturel et la reconnaissance dont il bénéficie aujourd’hui. Mísia est une pionnière, un esprit libre et c’est sans doute pour cette raison que certains l’appellent “l’anarchiste du fado”. Même si elle n’a jamais oublié la place qu’avait le fado traditionnel de son adolescence à Porto, quand elle retourne au Portugal, elle décide de ne pas commencer sa carrière en s’inspirant des chansons des grands artistes, qu’elle admire , et crée son propre répertoire.
Commence alors ce que Manuel Halpern nommera le Nouveau Fado. … “La limite temporelle est toujours difficile. Mais si nous devions fixer une date pour le début du Nouveau Fado, ce serait mars 1991, date à laquelle Mísia sort son premier album. Tout ce qui existe avant est une sorte de préhistoire.”
Manuel Halpern dans The Future of Nostalgia.
Elle contacte personnellement les poètes et les compositeurs, les chanteurs, les auteurs, photographes, designers, stylistes portugais et les séduit avec sa vision du fado. Agustina Bessa-Luís lui écrit le seul poème connu de l’auteur. José Saramago, José Luis Peixoto, Lidia Jorge, Vasco Graça Moura, Mário Cláudio Paulo José Miranda, Hélia Correia, Manuela de Freitas, Jorge Palma, Vitorino, Sérgio Godinho, écrivent spécifiquement pour elle. Elle crée sa propre sonorité, enregistre avec le traditionnel trio de guitares et y ajoute parfois des instruments entendus dans les rues du Porto de son enfance, tels l’accordéon et le violon. Avec ce fado “contemporain” elle obtient ses premiers succès en Espagne, au Japon, en Allemagne et au Portugal, où on lui remet la Médaille du Mérite et le Prix Amália Rodrigues dans la catégorie de divulgation internationale. En France elle reçoit la Médaille Vermeil, la plus haute distinction de la ville de Paris, et est Officier de l’Ordre des Arts et des Lettres de la République Française. La cinéaste chilienne Carmen Castillo réalise deux films sur Misia pour la chaîne francoallemande ARTE. L’artiste conceptuelle Sophie Calle l’invite à participer à son projet “Prenez soin de vous” à la 52ème Biennale de Venise. Mísia est une “voix personnage” qui participe à divers projets alternatifs à sa carrière de fadiste. Des exemples de cette polyvalence sont : “L’Histoire du soldat” de Stravinsky, “Les sept péchés capitaux” de Kurt Weill et Bertold Brecht, “Maria de Buenos Aires” de Piazzolla e Ferrer, ainsi que sa participation à l’album “Mediterrâneo” du groupe baroque L’Arpeggiata. En 2013, elle participe en tant que comédienne dans la pièce “L’Abattoir Invisible” de Karin Serres. Au mois d’août dernier, Mísia a joué, en création mondiale, Giosefine, un spectacle théâtral à partir d’un texte d’Antonio Tabucchi, mise en scène et direction de Guillermo Heras, au Teatre Régio à Buenos Aires.

CD_BL_160.qxt (Page 1)

www.misia-online.com

LA CIGALE 120 Bld Rochechouart – 75018 Paris
RESERVATION www.lacigale.fr, FNAC www.fnacspectacles.com DIGITICK www.digitick.com et les sites habituels

poster_2016-10-28_pt

Partilhar.

Comments are closed.