Rencontre multi thèmes à Houilles

0

L’association portugaise l’A.C.D.P (Association Culturelle Des Portugais) et la ville deHouilles ont conjointement organisé du vendredi 6 au dimanche 8 Octobre une rencontre multi thèmes dans la salle Le Triplex de la ville de Houilles.L’exposition permanente, sur trois jours, du vendredi au dimanche, multi thèmes, fut l’occasion pour le public de découvrir les nombreux stands et d’échanger avec les artistes et auteurs présents. De multiples thèmes étaient ainsi exposés tels que la peinture, la sculpture, la littérature, la musique, la mode, la broderie ou bien encore la gastronomie.Au­delà de l’exposition, l’organisation affichait de nombreux évènements tous les jours. Un concert de Fado le vendredi soir, un dîner dansant le samedi soir et le dimanche un défilé de chaussures portugaises ainsi qu’un concert de l’Escola Professional de Celorico de Basto.La littérature lusophone de France était bien représentée par la présence des écrivains Manuel do Nascimento, Manuel Sousa Fonseca, Antonio De Sousa, Altina Ribeiro et Inês Oliveira.

Manuel Sousa Fonseca, écrivain, poète et journaliste est aussi membre actif de l’association A.C.D.P. Il a accepté de répondre à Portugal Magazine.Interview de Manuel Sousa Fonseca ­ Propos recueillis par Antonio De Sousa.

Quel est votre rôle au sein de l’association A.C.D.P. de Houilles?

Je dirige le magazine mensuel de l’association, qui se nomme Bilingue et qui est publié depuis 21 ans. Je fais également parti de l’organisation de la rencontre multi thèmes.

Comment est née la rencontre multi thèmes?

En 2005, nous avons décidé de lancer cette manifestation. L’idée était d’organiser des journées où tous les arts et toutes les formes de spectacles pouvaient y trouver leur place. Comme nous ne savions pas dans quel type classer cette manifestation, comme il y avait un peu de tout, nous avons ainsi eu l’idée de la nommer multi thèmes. Depuis nous organisons tous les deux ans cette rencontre.

Quel est l’objectif de cette rencontre ?

Connaissant le milieu associatif portugais, nous savions que la majeure partie des associations se centraient sur le folklore et le sport. A l’époque j’ai échangé avec

Manuel do Nascimento, historien, et Odette Ferreira, peintre, tous deux alors membres de l’association. Etant moi­même écrivain, nous avons alors voulu faire quelque chose de différent. Au­delà, nous avons voulu, dès le départ, faire une rencontre ouverte, qui ne soit pas exclusivement pour la communauté portugaise. C’est ainsi que vous avez des artistes de diverses nationalités, de diverses communautés. Nous avons ainsi voulu que notre communauté porte l’organisation, pour toutes les autres communautés intéressées.

Avez­vous des soutiens pour organiser la rencontre?

Au niveau de la communauté portugaise, nous n’avons pas demandé de soutien particulier. Le principal soutien est la ville de Houilles qui nous met àdisposition l’espace pour la rencontre et qui nous appuie dans la logistique. Il y a bien sûr aussi tous les sponsors qui nous soutiennent et qui nous permettent de garder l’entrée gratuite.

Que représente la communauté portugaise à Houilles?

Comme dans la plupart des villes de la région parisienne, la communautéportugaise est très présente. A Houille, elle doit représenter environ 10 à 15% de la population. Elle représente un poids économique important. Sur le plan culturel, la communauté reste encore trop discrète. C’est pourquoi nous espérons aussi avec la rencontre multi thèmes contribuer au développement culturel de la communauté.

Avez­vous constaté une évolution dans l’intérêt des visiteurs?

Je pense qu’il y a effectivement une évolution. Par exemple, il y a quelques années, il n’y avait pratiquement que des portugais qui venaient au dîner dansant. Aujourd’hui, il y a beaucoup de français qui viennent. Notre savoir­faire est de plus en plus connu et reconnu. Notre capacitéà organiser cette rencontre et l’ouverture que nous proposons ont contribué aussi à cette évolution des visiteurs.

________________ PUB ________________

12

Partilhar.

Comments are closed.